Dans les climats les plus chauds, un logement basé sur l’architecture bioclimatique évitera dans de nombreuses occasions que l’on installe des appareils d’air conditionné. De la même façon, dans les bâtiments où l’on a installé des protections solaires extérieures, l’épargne peut arriver jusqu’à 50% de l’énergie électrique employée dans la réfrigération.

Pour que ces protections solaires soient efficientes, elles doivent être placées à l’extérieur du logement, de façon à ce qu’elles interceptent la radiation solaire avant que celle-ci ne traverse la vitre. Ainsi l’énergie est reflétée et dissipée vers l’extérieur de l’espace habité.

Il est important que ces protections soient mobiles, qu’elles puissent se replier, s’adapter ou se retirer pour que le soleil puisse pénétrer en hiver. En été, elles doivent empêcher l’entrée directe des rayons de soleil, tout en laissant passer la lumière naturelle.

Comme la hauteur et la position du soleil est changeante pendant toute la journée, il faut étudier l’orientation du logement et choisir le type de protection solaire le plus adapté.

Pendant le solstice d’été nous devons nous protéger du soleil qui a une forte incidence sur l’orientation Sud entre 12h et 16h, et sur l’orientation Est entre 16h et 20h. Le soleil étant beaucoup plus bas, entre directement par les fenêtres. Pour cette raison les protections solaires sont nécessaires, par exemple en forme de lames.

Les protections solaires extérieures sont les plus efficientes pour l’épargne énergétique du logement.